02 51 68 32 57 8h-12h/13h30-17h30
VendéeChallans

Articles


 

Les Français satisfaits des objets connectés pour leur logement

 

Thermostats intelligents, capteurs de consommation, vidéo-surveillance : la maison s’affirme comme un lieu de plus en plus connecté. Si quelques doutes subsistent, les consommateurs semblent de plus en plus convaincus par leurs avantages.

 

ENEDIS_TC_LESECHOS_Les Français satisfaits des objets connectés pour leur logement.jpg
(© goodluz – Fotolia.com)


Année après année, la croissance du marché de la maison intelligente ne se dément pas. En 2017, selon l’institut Gfk, il représentait 600 millions d’euros en France, soit une hausse de 42% par rapport à l’exercice précédent. Cela signifie-t-il pour autant que les consommateurs ont complètement adopté les objets connectés, notamment dans le cadre du suivi de leur consommation énergétique ? La réponse que fournissent deux études récentes demeure nuancée.

 

Des « early adopters » conquis…

 

Le baromètre publié par l’association Qualitel (association de promotion de la qualité de l’habitat) prend, chaque année, le pouls des attentes des Français vis-à-vis de leur logement. En 2018, la seconde édition de cette vaste étude réalisée auprès de plus de 3 300 consommateurs consacrait justement un volet important aux bénéfices des objets connectés.

 

Premier enseignement : le taux d’équipement reste bas, avec seulement trois logements sur dix disposant d’au moins un objet connecté. Dans la plupart des cas, les outils installés servent à la surveillance des lieux (21%) ou au pilotage de la consommation (12%). En revanche, lorsque ces « early adopters » ont investi dans le connecté ils en tirent un bénéfice direct, puisque 80% de ceux qui peuvent gérer leur chauffage sont satisfaits du confort thermique, contre 74% chez ceux qui ne possèdent pas ce type de produits.

 

… mais des freins à lever

 

Lorsque les Français perçoivent l’utilité d’un objet, ils n’ont aucun mal à l’intégrer à leur habitat. Et, justement, 81% des personnes interrogées dans le cadre du baromètre Qualitel sont convaincues de l’utilité des équipements permettant de suivre leur consommation, tandis que 41% sont prêtes à investir dans cette gamme d’objets.

 

Reste que certains freins doivent encore être levés pour permettre le déploiement de ces solutions. L’enquête réalisée par l’Observatoire Promotelec des mutations dans l’habitat en 2018 en a listé trois majeurs : le prix (pour 83% des sondés), mais aussi les craintes pour la sécurité des données concernant la vie privée (72%) et pour la santé (64%). De quoi donner matière à réflexion aux nombreuses jeunes pousses spécialisées dans la « smart home ».

Publier par le journal les Echos.


Les thermostats connectés entrent dans les maisons

 

L’an dernier, plus de 30.000 objets connectés pour piloter le chauffage ont été vendus, soit une croissance de près de 50 % sur un an. Les partenariats avec les fournisseurs d’énergie ont en revanche peu séduit.

 

Au premier semestre cette année, 12.200 thermostats connectés ont été vendus, soit une croissance de 50 % sur un an. (Véronique Le Billon pour ‘Les Echos’)
 

Si l’été indien n’y fait pas encore penser, la « saison de chauffe », qui démarre traditionnellement autour du 15 octobre, sera l’occasion pour les ménages de bientôt penser à leurs installations. Depuis quelques années, les thermostats programmables ont vu naître une génération d’outils connectés, qui permettent de piloter le chauffage au gaz ou électrique depuis un smartphone ou une tablette.

Si ce n’est pas un raz-de-marée, ils s’installent peu à peu dans le paysage. L’an dernier, 31.200 unités ont été vendues en France, soit 10.000 de plus que l’année précédente (+47 %), selon les données de GfK fournies aux « Echos ». Au premier semestre, cette année, 12.200 thermostats connectés ont été vendus, soit encore une croissance de 50 % sur un an. « Le marché est en progression, les prix sont en baisse, le nombre de références est en hausse : tous les indicateurs sont au vert », estime GfK.

 

« Découpler les achats »

 

« Les clients préfèrent découpler leur achat d’énergie et celui d’un thermostat connecté », juge Frédéric Potter, président de Netatmo, qui se revendique numéro un du marché. « Le thermostat n’est pas un gadget, c’est un achat très réfléchi qu’on accroche au mur et qui va durer quinze ou vingt ans. Il doit résister au changement de locataire ou au changement de fournisseur d’énergie ». Au Royaume-Uni, Netatmo est partenaire d’EDF Energy, mais ces équipements font partie des arguments pour faire bouger les clients, dans un marché plus concurrentiel.

 

Promoteurs immobiliers

 

Pour se développer, le secteur se tourne désormais vers les fabricants de radiateurs connectés et les promoteurs immobiliers. Netatmo a travaillé avec BNP Paribas Real Estate, et Sowee avec Ogic pour de premières réalisations. Surtout, ils parient sur les assistants vocaux comme Alexa d’Amazon, Apple HomeKit ou Google Home.

Source, les Echos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *